MISE À JOUR : RAPPORT ANNUEL 2011-2012

ENTRE MARTEAU ET ENCLUME – SOINS ET GARDE DES ENFANTS AYANT D’IMPORTANTS BESOINS PARTICULIERS – MINISTÈRE DES SERVICES À L’ENFANCE ET À LA JEUNESSE S


Dans son rapport de 2005, Entre marteau et enclume, l’Ombudsman a révélé le problème profondément troublant de parents qui se voyaient contraints de céder la garde de leurs enfants ayant d’importants besoins particuliers à des sociétés d’aide à l’enfance afin d’obtenir les soins requis. Le gouvernement s’est alors engagé à prendre des mesures pour que ce problème ne se reproduise plus et il a réitéré son engagement à plusieurs reprises. Pourtant, des parents continuent de se plaindre, disant qu’ils ont été contraints de faire ce choix qui leur brise le coeur. En 2011-2012, nous avons eu connaissance de deux cas de ce genre. 
 

Dans l’un de ces cas, une travailleuse sociale de l’aide à l’enfance a demandé une ordonnance judiciaire pour la garde d’un jeune garçon de 14 ans atteint d’autisme profond et de troubles épileptiques, afin qu’il puisse rester dans le foyer de groupe où il était placé depuis une année. La travailleuse sociale a déclaré à la mère de ce jeune garçon qu’il n’y avait rien à craindre pour lui et que céder sa garde était le seul moyen de le garder dans le foyer. Le personnel de l’Ombudsman a signalé ce cas au ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse, qui a organisé une réunion entre les dirigeants du foyer de groupe, l’organisme de coordination des services locaux et la société d’aide à l’enfance. Le financement nécessaire au placement du jeune garçon dans le foyer de groupe a été alloué et la mère a conservé la garde de son fils. 

De même, dans le deuxième des cas, la mère d’une fillette de 13 ans gravement handicapée a été informée par une travailleuse de l’aide à l’enfance que le meilleur moyen pour elle de garder sa fille dans le foyer de groupe était d’en abandonner la garde. Il n’y avait aucune préoccupation de protection pour la fillette, mais celle-ci était atteinte du syndrome de Down et avait d’importants besoins particuliers, qui exigeaient des soins en foyer de groupe. L’Ombudsman ayant alerté le ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse à propos de ce dossier, le Comité ministériel des besoins particuliers complexes a trouvé le financement nécessaire pour que la mère conserve la garde de sa fille et que cette dernière reste dans son foyer de groupe. 

Le personnel de l’Ombudsman continue de surveiller la situation de près et signale les plaintes similaires directement aux hauts dirigeants du Ministère.